PRENDRE PARTOUT
METTRE CHEZ-NOUS
____________

24 marzo 2008

dispar condicio

ricevo oggi da "il forbiciastro":

"...alla foire della paquerette di courmayeur erano esposti sicuramente 500 galletti di legno, forse 1000; per rispettare la par condicio non dovrebbero essere esposti in questo momento..."

24 commenti:

  1. UNO - la par condicio non esiste , solo chi è mentalmente sottosviluppato crede alla sua esistenza . DUE - solo chi è rinco viene politicamente influenzato dalla vista di galletti di legno .

    RispondiElimina
  2. uno: d'accord;
    due: giro al forbiciastro, se avrà voglia d'intervenire;
    tre: parrebbe che questa valle soffra di ipoironiemia.

    RispondiElimina
  3. bruno courthoud24 marzo 2008 20:34

    povero Renato, sempre in giro con il suo furgone a vendere polli arrosto nei mercati! Dovrà sospendere la sua attività?

    RispondiElimina
  4. può sempre completare l'assortimento con qualche costata di modzon.

    RispondiElimina
  5. bruno courthoud24 marzo 2008 20:56

    ma Renato le sé veneto, non è pratico di modzon!

    RispondiElimina
  6. in veneto non so, ma a vicenza chiamano bela tosa quella che bergamo chiamano bella manza.

    RispondiElimina
  7. bruno courthoud24 marzo 2008 23:32

    Io comunque gli telefono e lo avverto, lui non ci pensa proprio a queste cose, ha solo in testa le madamìn da servire (e domani è martedì, giorno di mercato!)

    RispondiElimina
  8. certo, domani rischia di fare gravi danni.
    Come dicono a Formia, il bambino va spiegato, non si nasce imparati.
    Telefonalo.

    RispondiElimina
  9. bruno courthoud25 marzo 2008 08:20

    Telefonatolo.

    RispondiElimina
  10. bruno courthoud25 marzo 2008 13:49

    intanto gli unionisti sono tornati dalle ferie e, quatti quatti, hanno chiuso il loro forum. Nessuno se n'è accorto, nemmeno loro.

    RispondiElimina
  11. eccellente spirito d'osservazione, bruno... non mi ero accorto di nulla.
    Così niente più link, niente più forum, niente più memoria, niente più storia. Anziché bruciare i libri, si brucia la ragnatela.

    RispondiElimina
  12. .......non credo che dei galletti in legno possano influenzare il voto politico.... ( spero )

    RispondiElimina
  13. Alberto Grisero - Aosta25 marzo 2008 16:22

    Premesso che, in tutta Italia, si dice: "Gran bel pezzo di gnocca"...
    Se la vista di quattro galletti in legno dovesse spingere i valdostani a votare per Nicco & Perrin, allora quella delle vacche (inteso come mucche!) al pascolo, dovrebbe favorire Perron & Fosson! Mentre quella delle veline di Striscia la Notizia, spingerebbe tutti gli italiani a votare per il Popolo delle Libertà, e la vista di un martello sarebbe un messaggio subliminale della Sinistra Arcobaleno...

    RispondiElimina
  14. bruno courthoud25 marzo 2008 18:46

    c'ér'unavòlt'unfòrum: vuoi dire che hanno dato fuoco al computer?
    p.s. Sai che Renato oggi, grazie alla (dis)par condicio ha venduto più polli del solito?

    RispondiElimina
  15. la notte dei lunghi libelli

    RispondiElimina
  16. bruno courthoud26 marzo 2008 08:28

    vi state "libellando"?

    RispondiElimina
  17. Alberto Grisero - Aosta26 marzo 2008 16:21

    Premesso che mi divertivo moltissimo, nel leggere l'imbarazzante forum dell'Union Valdotaine, io penso che, quando il Leone Rampante parlava di "larghe intese" col Galletto, pensasse a "spartirsi" un risultato incrociato alle Politiche: la vittoria di Bibì e Bibò (intesi come Perron e Perrin!) potrebbe far comodo ad entrambi per potere poi inciuciare, dopo le Regionali...
    Un po' meno, secondo mé, farebbe comodo la vittoria incrociata di Nicco e Fosson...

    RispondiElimina
  18. Alberto Grisero - Aosta26 marzo 2008 16:21

    Premesso che mi divertivo moltissimo, nel leggere l'imbarazzante forum dell'Union Valdotaine, io penso che, quando il Leone Rampante parlava di "larghe intese" col Galletto, pensasse a "spartirsi" un risultato incrociato alle Politiche: la vittoria di Bibì e Bibò (intesi come Perron e Perrin!) potrebbe far comodo ad entrambi per potere poi inciuciare, dopo le Regionali...
    Un po' meno, secondo mé, farebbe comodo la vittoria incrociata di Nicco e Fosson...

    RispondiElimina
  19. appropò d’incinération de déchets26 marzo 2008 17:56

    Pollution à la dioxine à Gilly-sur- Isère
    Par Annie David - 22 Janvier 2002


    Le 17 décembre 2001, j’ai appelé l’attention de M. le ministre de la Santé sur la pollution à la dioxine engendrée par l’usine d’incinération de déchets, située à Gilly-sur-Isère, dont sont victimes 25 communes près d’Albertville en Savoie. Cette pollution cause aux agriculteurs des dommages matériels et psychologiques importants sans parler de leur inquiétude quant à la qualité des produits mis sur le marché et à leur propre santé.

    Certes, les premières analyses font apparaître des traces de dioxine mais apparemment sans danger, notamment pour les mères allaitantes et leurs enfants ; certes l’indemnisation des agriculteurs a débuté ainsi que l’abattage du bétail, et la vente du lait a pu être reprise en partie, semble-t-il. Par ailleurs, l’usine a été fermée et une réunion s’est tenue à Matignon sur ce sujet : le gouvernement a agi et on peut s’en féliciter.

    Il n’en reste pas moins qu’une étude épidémiologique doit être engagée rapidement afin de connaître les conséquences sur l’état sanitaire de la population. Quels qu’ils soient, les résultats devront être connus et s’accompagner de mesures de dépollution et d’un suivi médical des personnes exposées, mesures qui doivent intervenir avant la fin de l’étude.

    Parallèlement, il est impératif d’engager la recherche de responsabilités afin de financer l’ensemble des indemnisations aux frais exclusifs des responsables. Il est également nécessaire de leur faire prendre en charge les dépenses liées à la dépollution du périmètre.

    Les récents accidents montrent que la règle pollueur-payeur ne suffit pas. La France compte plus de 80 usines de ce type. Il appartient à l’État de redéfinir les normes pour ces usines de moyenne importance qui semblent aujourd’hui, échapper aux réglementations en vigueur. Il est urgent de diligenter une étude pour mesurer la nature et le niveau des pollutions émises par ces usines ; et au regard des résultats, de prendre les mesures qui s’imposent.

    Monsieur le Ministre, quelles réponses pouvez-vous nous apporter quant au lancement de l’étude épidémiologique, à la recherche des responsabilités, à la mise en place de nouvelles normes afin de permettre à ces entreprises de continuer leur activité sans aucun danger pour la population et l’environnement ?

    M. COCHET, ministre de l’Aménagement du territoire et de l’Environnement. Le 24 octobre 2001, le préfet de Savoie a fait fermer l’incinérateur de Gilly-sur-Isère, après que des analyses eurent prouvé que les taux de dioxine rejetée dans les fumées de l’incinérateur étaient très élevés. Les services de l’État ont aussitôt mené des investigations dans les élevages situés dans un périmètre de cinq puis de dix kilomètres pour vérifier les teneurs en dioxines des produits animaux. Celles-ci dépassent dans certains cas les seuils d’exclusion : 5 picogrammes par gramme de graisse pour les produits laitiers. La production de lait des élevages concernés est détruites et l’abattage partiel ou total des troupeaux est envisagé. Un plan de surveillance a été mis en place pour vérifier qu’une extension du périmètre ne s’avérerait pas nécessaires. En liaison avec la cellule interrégionale d’épidémiologie, les autorités sanitaires locales ont entrepris d’évaluer l’exposition aux dioxines et ses impacts pour la population résidant à proximité.

    Madame la Sénatrice, vous avez à bon droit posé la question des responsabilités. Il appartient à l’exploitant de l’incinérateur d’indemniser les dommages causés par le fonctionnement non conforme de l’incinérateur de Gilly. À titre exceptionnel, une participation financière de l’État est envisagée sous forme d’une avance remboursable, dans l’attente de l’établissement définitif des responsabilités. Cette aide vient en complément des efforts des collectivités territoriales. Il a été demandé au préfet de la Savoie de faire aboutir rapidement la convention entre tous les intervenants financiers.

    De manière plus générale, le ministère de l’Aménagement du territoire et de l’Environnement et les préfets ont mené des actions énergiques pour la mise en conformité des usines d’incinération d’ordures ménagères avec les dispositions de l’arrêté ministériel du 25 janvier 1991. Cet arrêté imposait la mise ne conformité des usines d’une capacité supérieure à six tonnes par heures au 1er décembre 1996 et celle des usines d’une capacité inférieure à six tonnes par heures au 1er décembre 2000. Avant de modifier les prescriptions en vigueur, il faut en effet s’assurer que les exploitants de ces installations, et notamment les collectivités territoriales ou leurs groupements, respectent la réglementation actuelle.

    Fin 1996, seuls 30 des 70 incinérateurs d’une capacité supérieure à six tonnes par heure, étaient en conformité. Fin 2001, 73 unités sur 75 le sont.

    Pour ce qui concerne les incinérateurs d’une capacité inférieure à six tonnes par heure, sur un parc initial de 188 installations, 104 unités ont fermé entre 1998 et 2001. Aujourd’hui, seules 38 installations sont en conformité sur un total de 84 installations. 4 autres unités ont engagé des travaux qui devraient les mettre en conformité avant la fin du premier trimestre 2002. 42 unités d’une capacité inférieure à six tonnes par heure demeurent en fonctionnement alors qu’elles ne respectent pas la réglementation.

    Ce n’est pas satisfaisant. J’ai informé les préfets des dommages importants constatés à Gilly-sur-Isère et leur ai rappelé à plusieurs reprises, en novembre et décembre 2001, la nécessité de faire rapidement cesser l’exploitation d’installations qui ne respectent pas la réglementation. À cet effet, j’envisage de rencontrer prochainement les principaux préfets concernés par des incinérateurs non conformes.

    RispondiElimina
  20. SAVE WEISSMATTEN FROM CASA CAPRIATA!!!!

    RispondiElimina
  21. Constatazione : ben il sei per cento di chi ha qui votato per i candidati al senato non ha fatto altrettanto per la camera . Non penso che ciò sia dipeso dal voler indicare appoggio a un aspirante senatore in particolare , bensì credo sia una questione di non comprensione del fatto che , se c'è il senato , c'è pure la camera . Solo più sotto . Ma ci vuole un pò di ghiddu per intuirlo e il 6 per cento non l'ha avuto . Mica democraticamente confortante .

    RispondiElimina
  22. Alberto Grisero - Aosta27 marzo 2008 16:23

    Certi argomenti, come quello scritto in francese sull'incenerimento dei rifiuti, sarebbero anche interessanti, se solo fossero un po' più brevi: chiedo, pertanto, a Eddy Ottoz, di sintetizzarli, d'ora in avanti...

    RispondiElimina
  23. ricevo e posto, non chiedermi anche di rielaborare i commenti degli altri...

    RispondiElimina
  24. a tutti i commentatori:
    se avete problemi a mettere online i vostri messaggi (qualcuno incontra problemi, anche a me capitano cosette strane) me lo segnali via email a
    eddyottoz@gmail.com
    e provvederò a verificare (se ho "dimenticato" di validarli) ed eventualmente a pubblicarli io con il vostro nome, pseudonimo o quant'altro.

    RispondiElimina